Frédéric Ozanan et la Saint-Vincent-de-Paul

À 20 ans, alors qu'il mène une brillante carrière de professeur à l'université de Lyon, en France, Frédéric Ozanan est interpellé par la pauvreté. Il fonde avec quelques amis la première Conférence de Saint-Vincent-de-Paul. C'était en 1833.

        Aujourd'hui, 167 ans plus tard, près d'un million d'hommes et de femmes continuent de témoigner de ce souci des pauvres, dans 132 pays. Au Québec, plus de 4500 membres agissent au quotidien, dans près de 500 points de service.

        Les membres de la société sont des généralistes de la pauvreté. Habités par une spiritualité propre à leur engagement et sous le regard de la foi, ils voient Jésus présent dans l'autre. Leur aide se caractérise par un contact de personne à personne et par une charité de proximité, à l'intérieur d'une paroisse ou d'une zone bien délimitée. Elle se veut ponctuelle et souvent "en attendant" l'intervention étatique. Elle s'adresse à toute personne temporairement dépourvue, quelque soit sa religion, ses opinions ou son origine ethnique.

        En 1997, lors des Journées Mondiales de la Jeunesse à Paris, le pape Jean-Paul II a béatifié Frédéric Ozanan. On le fête le 9 septembre.

        Si tu veux toi aussi travailler à faire reculer la pauvreté, à promouvoir la dignité et le respect des personnes, tu peux te joindre à la Société Saint-Vincent-de-Paul de ton milieu.

Texte tiré du Prions en l'Église, écrit par André Boyer, président, conseil provincial du Québec. (Septembre 2000)


   RETOUR au site du Conseil de la Nativité de Notre-Dame.


Cette page a été mise à jour le 8 septembre 2000.